Patrick Lambinet & Agathe Genin , Notaires associés à Ciney

 

Patrick Lambinet & Agathe Genin

Notaires associés à Ciney

Vente publique : les avantages pour le vendeur

27 février 2015

Vous avez l’intention de vendre votre maison ou votre appartement ?
Sachez qu’à côté de la vente classique (à savoir, la 
vente de gré à gré), il existe une alternative rapide, simple et efficace : la vente publique.

Contrairement aux idées reçues, la vente publique ne se limite pas aux ventes « forcées » (exemple : saisie judiciaire). Loin de là… Sachez que 80% des ventes publiques sont volontaires ! Les 20% restants sont en grande partie des ventes « judiciaires », mais volontaires également. Finalement, les ventes dites « forcées » (sur saisie immobilière ou sur faillite) ne représentent à peine que 3% des ventes publiques...

Si les mécanismes de la vente publique sont moins connus que dans le cas d’une vente de gré à gré, ses avantages sont pourtant multiples :

1/ Emulation entre les amateurs. Grâce à une forte visibilité (affiches, annonces, site internet), le bien mis en vente touche un public important. Ainsi, la vente se fait en présence de nombreux amateurs qui se font concurrence dans les enchères. Résultat : le bien sera parfois vendu à un prix nettement supérieur à celui de départ. Dans le cas d'une vente de gré à gré, par contre, le vendeur qui souhaite obtenir le plus haut prix a souvent tendance à surestimer son immeuble, et à demander un prix trop élevé. Cela risque de décourager les amateurs potentiels et d’obliger le vendeur à baisser son prix (parfois même en-dessous du prix qu'il aurait pu obtenir s'il avait été au départ plus réaliste et raisonnable).

2/ Transparence. La vente publique permet d’éviter des suspicions d’arrangements concernant le prix entre copropriétaires dans les situations tendues (par exemple, en cas d’indivision, de succession ou de divorce). En effet, aucune dissimulation de prix n’est possible puisque ce dernier est fixé aux yeux de tous par le jeu des enchères. De plus, les conditions de la vente sont reprises dans un « cahier des charges ». Ce document peut être consulté par tous les amateurs potentiels, en l'étude du notaire.

3/ Sécurité. Le notaire est garant de la sécurité juridique, c’est lui qui réalise toutes les recherches avant la vente (les recherches fiscales, cadastrales, hypothécaires et urbanistiques, ainsi que bien d’autres vérifications). Il se charge du suivi complet de l’opération, le vendeur ne doit se soucier de rien.

4/ Rapidité. La vente publique épargne le temps nécessaire à la négociation que l’on retrouve dans les ventes de gré à gré. Dès que le vendeur a pris sa décision, la séance de vente publique peut avoir lieu dans les 6 à 8 semaines. De son côté, l’acheteur a ensuite 6 semaines pour payer le prix, sans condition suspensive d’octroi d’un crédit bancaire. L’argent de la vente est donc, la plupart du temps, disponible 3 mois seulement après la décision de vente (alors qu’il faut compter au minimum 5 mois dans le cadre d’une vente de gré à gré).

5/ Faible coût. La vente publique est peu coûteuse. Ainsi, le vendeur paiera entre 3500 € et 4000 € (couvrant les frais de publicité, les visites par un délégué de l’étude du notaire, la location de la salle des ventes, …), alors que, pour une vente de gré à gré, le coût d’une agence immobilière est de 3% du prix de vente + TVA.

6/ Liberté. Beaucoup de gens craignent de ne plus pouvoir arrêter la vente publique une fois qu’elle est lancée et d’être forcés de vendre le bien quelque soit le prix. C’est faux : le vendeur reste libre de retirer son bien si le prix proposé est insuffisant par rapport à son estimation. D’où l’importance, dès le départ, de déterminer avec votre notaire le prix sur lequel vous marquez votre accord pour la vente.

A suivre : les avantages de la vente publique pour l’acheteur !

Pour en savoir plus sur la vente publique.

Source: Fédération Royale du Notariat Belge